Développement personnel

Chronique C’est décidé, je m’épouse de Nathalie Lefèvre

En cette fin d’année 2020, j’ai terminé c’est décidé je m’épouse de Nathalie Lefèvre, Vous connaissez ?

J’ai très vite été attirée par la couverture et son titre original qui m’a fait sourire. Ce livre me fait de l’oeil depuis un moment, alors je me suis laissée tenter… J’ai bien fait de suivre mon envie !

Un mot sur l’auteure

Nathalie Lefèvre est journaliste. Elle dirige l’antenne de Radio Médecine Douce depuis 8 ans.  Elle est la créatrice des soirées « Sens et Expérience » où le public est invité à expérimenter des outils thérapeutiques dans la cadre d’un spectacle vivant. Elle anime des conférences autour du thème « C’est décidé je m’épouse » dans lesquelles elle transmet des outils concrets pour commencer à faire vivre une relation harmonieuse avec soi-même. C’est une femme “heureuse”, qui a appris à s’accepter dans ses imperfections et qui prend un plaisir infini à aborder chaque journée avec un regard amoureux.  Elle aime librement, sans chaîne et sans blessure, juste dans la totale confiance, en la vie en soi et en l’autre.

Une lecture très enrichissante, agréable et sympathique. On pourrait croire que ce livre est un message narcissique. Absolument pas ! C’est un livre qui fait du bien et avec lequel on se remet en question !

Ce livre nous propose des clés pour se sentir bien soi-même autant sur le plan physique que psychologique. La seule personne qui nous accompagne véritablement tout au long de la vie… C’est nous-même !

Ce livre compile de jolis conseils pour apprendre à nous aimer afin  que nous puissions aimer les autres. Cet ouvrage se lit très rapidement, les chapitres sont courts. Les titres, les sous-titres, et les mots choisis sont audacieux et ambitieux ! J’ai aimé les petites références en bas des pages ainsi que les dictons annonçant les chapitres. Les défis à relever…

La thématique est chouette ! Les conseils sont précieux !

L’autrice nous parle de nos amours de jeunesse, de notre parcours professionnel en passant par l’éducation et bien évidemment de l’amour de soi pour pouvoir aimer les autres… Des valeurs que j’approuve. L’épanouissement passe par l’estime de soi et la confiance en soi. Les clés que l’autrice nous transmet nous permettent  de comprendre nos mécanismes affectifs et émotionnels. Nathalie Lefèvre utilise la métaphore du mariage d’une façon originale, ce qui nous conduit à nous remettre en question.

Cette lecture est brillante et intéressante. Des conseils bienveillants qui nous poussent à une prise de conscience.

Dans ce livre, vous y trouverez ces lieux qui l’ont portée à d’écriture, des bibliographies, une liste des personnes et des notions clés sur lesquelles elle s’appuie.

À la fin des chapitres, l’autrice y agrémente des témoignages.

C’est un livre inspirant, bienveillant, plein d’humour et d’originalité. Je recommande ce roman qui fait du bien et qui redonne du pep’s pour conclure cette fin d’année 2020 et en redémarrer une nouvelle sur de bonnes bases.

Pour conclure, c’est décidé je m’épouse en 2021. ;p

Résumé

Nous passons une grande partie de notre existence à nous faire des reproches et à chercher dans le regard de l’autre une reconnaissance que nous sommes seuls capables de nous donner.
Et si nous cessions enfin de nous gâcher la vie avec nos critiques intérieures et faisions définitivement la paix avec nous-même en acceptant pleinement ce que nous sommes, sans concession ?
Sur le modèle de l’engagement amoureux, Nathalie Lefèvre nous propose de nous engager auprès de nous. De la première rencontre à la scène de ménage en passant par les fiançailles et le mariage, elle nous montre pas à pas, et grâce à de nombreux exercices, comment nous apprivoiser, nous accepter et nous aimer… pour le meilleur et pour le pire !

  • Chez LAROUSSE
  • 223 pages

« Et si, pour être prête à m’engager avec un autre, et pourquoi pas jusqu’à la fin de mes jours, je devais d’abord commencer par moi-même. » Page 31

« Évidemment, lorsque le corps va mal, nous avons encore plus de difficultés à nous aimer. La douleur crée un point de rupture avec soi : nous ne contrôlons plus, nous ne nous reconnaissons plus. Nous voudrions presque nous échapper de cette enveloppe qui nous cause tant de souffrances. » Page 53

« En ce jour, nous acceptons enfin d’être totalement qui nous sommes, sans détour et ni conditions, nous acceptons avec joie nos imperfections ». Page 179

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s