ÉDITIONS POCKET, LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Chronique Nos résiliences d’Agnés Martin-Lugand

En ce lundi ensoleillé, j’espère que vous allez bien ?

Aujourd’hui, je vous présente Nos résiliences d’Agnès Martin-Lugand.

Nos résiliences, Agnès Martin-Lugand, par Julie chronique

Un mot sur l’auteure

Romancière française née le 22 juillet 1979 à Saint-Malo.
Psychologue clinicienne diplômée de l’Université Paris XIII en 2004, elle se spécialise dans le domaine de la petite enfance et de la parentalité, après un stage de fin d’études dans une résidence maternelle en région parisienne. Elle exerce son métier durant six ans entre Paris, Rouen et Le Havre au sein de différentes structures (crèches, pouponnière, formation des assistantes maternelles). Elle est mariée et mère de deux enfants.

Agnès Martin-Lugand se lance dans l’écriture en 2010 et son premier roman, Les gens heureux lisent et boivent du café, paraît sur la plate-forme Kindle d’Amazon le 27 décembre 2012. En trois semaines à peine, le roman est acheté et téléchargé par 3 000 lecteurs. La jeune femme est alors repérée, lue et contactée par les éditions Michel Lafon alors que les téléchargements continuent de s’envoler jusqu’à 10 000 exemplaires. Les gens heureux lisent et boivent du café est publié par la maison en 2013 et fait l’objet d’un engouement immédiat dans le monde entier : traduit dans plus de 30 langues, il est plébiscité par les critiques, les blogueurs et le grand public.

Résumé

Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ? Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange, cette notion d’avant et d’après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d’essentiel. Aucune projection dans l’avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j’avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l’étouffer, l’éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir.
Un seul instant suffit-il à faire basculer toute une vie ?

Ava et Xavier sont ensemble depuis 15 ans et mènent une vie heureuse et ordinaire. Ils ont deux merveilleux enfants. Xavier, vétérinaire, comme chaque année, part un mois à l’étranger faire du bénévolat. À son retour, Xavier est heureux de rentrer, mais chamboulé, il a toujours l’esprit ailleurs et prend du temps pour s’acclimater de nouveau dans son foyer.

Ava, elle, tient une galerie d’art. Lors d’un soir des plus importants de sa vie, à l’occasion d’un vernissage, elle apprend que son mari Xavier a eu un grave accident de moto.

Le temps s’arrête… Après ce drame tout bascule dans leur vie de famille et rien ne sera plus comme avant. Mais jusqu’à quel point ?

J’ai adoré ce roman !! C’est un livre dramatique aux multiples sentiments.

L’auteure nous dresse le portrait d’Ava qui est confronté à l’accident de son mari, autant sur le plan psychologique, physique et émotionnel. On ressent ses sentiments, ses doutes, ses peurs, je me suis attachée à cette femme active. Ava est forte, courageuse et bienveillante. Quant à Xavier, il m’apparaît en demi-teinte.J’ai trouvé que l’auteure a moins décrit en profondeur les ressentis, les émotions et la psychologie de ce personnage.

En revanche, Agnès MARTIN-LUGAND nous émerge totalement un chamboulement de leur vie de couple. Pas uniquement, celle de Xavier qui lui est la victime, mais celle des enfants et de sa femme, qui eux subiront de plein fouet ce drame psychologique et qui les détruiront autant que lui. L’auteure aborde également des thèmes différents comme la passion de leurs métiers, l’amitié, la famille, et l’amour…

Ce roman se lit d’une traite, la plume est douce, fluide et addictive. Tout est en finesse.

Ce récit est bouleversant, captivant, poignant, emprunt de sensibilité et de sentiments. J’ai été envoûtée par la plume de cette auteure. J’ai ressenti une multitude d’émotions, l’auteure nous mène à la réflexion et remet en doute nos certitudes.

J’ai été conquise par ce roman qui me rappelle qu’à tout moment, notre vie peut basculer.

Mon père était un funambule des mots. cela s’était imprimé dans chaque fibre de mon être, j’avais absorbé cette passion, elle était devenue mienne. Le sens de la communication, cet art de la séduction et cet amour pour les artistes qui était le propre des galeristes s’étaient inscrits en moi d’une manière irrévocable.

  • Paru le 01/04/2021 chez les éditions Pocket
  • 320 pages
  • Ma note  17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s