ÉDITIONS SIXIÈMES, CONTEMPORAIN, LITTÉRATURE CONTEMPORAINE, LITTÉRATURE FRANÇAISE, Roman, SERVICES PRESSE ET LES PARTENARIATS

Les petites de Nathalie Bianco

Bonjour à tous,

Je remercie l’auteure pour l’envoi de son roman « Les petites », paru le 18 novembre 2021 aux éditions Sixièmes.

Un mot sur l’auteure

Originaire de Lyon, mère de 3 enfants et, révélée par les réseaux sociaux, Nathalie Bianco poursuit sa petite musique singulière : Sa plume est à la fois légère et profonde et ses romans, , tour à tour drôles et touchants, échappent aux codes du « feel good » classique, pour explorer avec un humour et une sincérité désarmante les travers de notre époque.
« Les courants d’air » (2019) est son premier roman.
En 2020 elle publie son second roman : « Les printemps».

« En attendant, les locataires du numéro 26 hall B faisaient semblant de ne pas remarquer qu’ils étaient pris en filature par des détectives en herbe et supportaient stoïquement que la moindre de leurs allées et venues soit épiée et commentée dans des téléphones en pots de yaourt »
Dans les escaliers d’une cité populaire, au début des années 80, trois petites filles espiègles jouent aux détectives de série TV. L’intrépide Faouzia, la fantasque Myriam et la timide Kadi sont inséparables.
35 ans plus tard, que sont-elles devenues ? Pourquoi Faouzia est-elle si en colère ? Qui a coupé les ailes de Myriam ? Et qu’est-ce qui pousse Kadi, devenue l’assistante d’une célèbre jeune actrice en vogue, à quitter précipitamment la luxueuse villa de celle-ci au petit matin ?

Un roman poignant, cruel, tendre et drôle, qui explore les maux de l’époque, à travers les portraits de personnages terriblement attachants.

Ma première rencontre avec l’auteure et certainement pas la dernière !

Bienvenue dans la cité La Valoise à Villeurbanne ! Myriam, Faouzia et Kadija, amies depuis leur tendre enfance, elles aiment s’amuser dans les halls de leur cité.

C’était l’une de ces cités populaires qui avaient fleuri dans les année 70, moche, terne et triste, avec de grandes barres d’immeubles disposées autour de parkings et de bancs de béton (…) Mais surtout, nous étions jeunes, joyeuses, débordantes de vie et le gris environnant n’avait aucun effet sur nous.


35 ans plus tard, mais que sont-elles devenues ces trois petites inséparables ?
C’est Kadija qui prend la parole et nous relate des souvenirs en alternant le présent et le passé.
C’est avec grand plaisir que je découvre cette auteure qui nous ramène à notre âme d’enfance. Elle nous ramène à l’essentiel et nous conduit à la réflexion à travers ces trois femmes.
Kadija a quitté sa cité pour une luxueuse villa au cap Ferret et va vouloir renouer avec ses deux amies d’enfance.
Nous allons suivre leurs retrouvailles en parcourant leurs parcours parfois chaotiques. Kadija nous narre leur enfance, leur insouciance, leur différence avec beaucoup de fierté et beaucoup d’émotions.

Tout en marchant, je me demande si le bonheur, finalement, ne ressemblerait pas à cela : quelqu’un qui vous enlace un jour avec tendresse, qui danse avec vous sous les étoiles et chuchote votre nom, qui vous embrasse dans le cou, une robe à fleurs légère, des dessous en dentelle et trois boules de glace qu’il faut lécher très vite avant qu’elles ne coulent sur la main…


Les thématiques sont fortes et actuelles. Ce roman traites des sujets douloureux entre le racisme, la violence conjugale, la maladie, le temps qui passe… Bref, je m’arrête la et je vous invite à découvrir par vous-même.


Le retour des années 80 est un vrai plus, entre séries télé et anecdotes, on se remémore nos propres souvenirs.
Je me suis attachée à ces trois femmes et surtout à kadija, ces femmes sont douces et fortes à la fois, déterminées. L‘auteure a travaillé sur les portraits psychologiques de ces femmes.
La plume de Nathalie Bianco est tendre, incroyablement fluide, fine et juste. Entre humour, tendresse, bienveillance et nostalgie, vous allez être comblé.
J’ai aimé tourner les pages.

Je sais que mon pays n’est pas parfait, mais c’est le mien, et je l’aime comme ça. Un peu comme les histoires de famille : quand on fait partie d’une famille, on sait bien qu’il y a des choses qui ne vont pas, mais ça ne nous empêche pas de dire que c’est notre famille, et qu’on l’aime.

J’ai aimé ces trois femmes aux personnalités différentes et attachantes. J’ai aimé leur force, leur courage et leur détermination. J’ai aimé les thématiques. J’ai aimé ce lien fraternel. J’ai ressenti un tourbillon d’émotions.

Nous vivons juste dans un pays imparfait, que moi je m’évertue à aimer malgré ses défauts et dont elle, elle n’aura pas réussi à se faire aimer, malgré ses qualités.

Conclusion, ce roman est authentique, bienveillant et réaliste ! 

Une ode à l’amitié ! 

Dans la vie, il y a des parenthèses qu’il vaut mieux refermer correctement. Sinon, ça vous poursuit ensuite. C’est important de bien faire les choses…

Un conseil, ouiiiii je vous le recommande vivement !

  • Parution le 18 novembre 2021 chez les Éditions Sixièmes
  • 254 pages
  • Ma note 15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s