FEEL GOOD, Roman, SERVICES PRESSE ET LES PARTENARIATS, LITTÉRATURE CONTEMPORAINE, ÉDITIONS ALBIN MICHEL, LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Une vraie mère…ou presque de Didier VAN CAUWELAERT

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous parle du dernier roman Une vraie mère… ou presque de Didier Van Cauwelaert paru le 27 avril 2022 chez les Éditions Albin Michel.

Un mot sur l’auteur

Romancier, auteur dramatique, scénariste, librettiste, Didier van Cauwelaert cumule depuis ses débuts prix littéraires et succès publics. Souvent qualifié « d’écrivain de la reconstruction », il est l’un des rares romanciers à avoir été adapté au cinéma à Hollywood. Traduit dans une trentaine de langues, il a publié plus de quarante livres, qui ont dépassé les six millions d’exemplaires.

« En trois mois, ma mère a perdu onze points. Elle n’a jamais conduit aussi mal que depuis qu’elle est morte. Il faut dire que j’ai laissé la carte grise à son nom, et j’ai l’excès de vitesse facile. Mais voilà qu’un jour, une lettre de la préfecture la convoque à un stage de récupération de points. C’est alors que Lucie Castagnol, bouillonnante comédienne à la retraite, se jette sur moi avec la ferme intention d’interpréter le rôle de la disparue. »

Je découvre l’auteur avec ce roman et j’ai passé une agréable lecture.

Pierre, écrivain, vient de perdre sa mère Simone avec laquelle il entretenait une relation conflictuelle. 

Suite à son décès, elle lui lègue sa voiture une Renault. Après avoir perdu onze points, la défunte est convoquée pour participer à un stage de récupération de points tandis que Pierre n’a pas fait les démarches administratives. C’est là où Lucie rentre en scène, une comédienne à la retraite.

Zéro à 100km/h en huit secondes et reprises fulgurantes, la pétulante vintage me changeait des mollesses de la pantoufle hybride que je conduisais à Paris. Le parfum de maman y flottait encore. J’avais gardé son chapeau de paille sur la banquette arrière et ses deux derniers mégots de Marlboro dans le cendrier – On ne se refait pas : j’ai toujours eu la sensibilité d’un conservateur de musée.

Des les premières pages, l’auteur donne le ton.

Ce roman est déjanté, drôle, rafraîchissant avec des situations cocasses et hilarantes.

Les pages défilent et on ne s’ennuie pas. Les protagonistes sont attachants. J’ai aimé Pierre pour sa sensibilité, il est touchant. Quant à Lucie, elle est géniale et bienveillante avec la doublure de Simone.

Quand on vient de perdre sa mère pour la seconde fois, on se sent doublement seul, oui, mais surtout deux fois plus libre. Libre d’empoigner la vie à bras-le-corps, pour se montrer digne de l’amour à côté duquel on est passé.

La plume est légère et fluide avec de jolies thématiques comme l’amour, le prolongement d’une vie et la continuité, le théâtre et l’écriture.

On y retrouve tous les ingrédients pour y passer une chouette lecture.

Si toi aussi tu as envie d’une lecture légère, drôle, cynique, hilarante et déjantée, je te recommande ce roman ! 

  • Parution le 27 avril 2022 chez Éditions Albin Michel
  • 208 pages,
  • Ma note 15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s