Folio, LITTÉRATURE FRANÇAISE, Roman, Témoignage

L’OCCUPATION D’ANNIE ERNAUX

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous parle de L’occupation d’Annie Ernaux paru le 04 septembre 2003 chez Folio.

Un mot sur l’auteure

Annie Ernaux, née Duchesne le 1er septembre 1940 à Lillebonne (Seine-inférieure), est une professeure de lettres et écrivaine française. Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 2022 pour « le courage et l’acuité clinique avec laquelle elle découvre les racines, les éloignements et les contraintes collectives de la mémoire personnelle ».

Née dans un milieu modeste, elle passe son enfance et sa jeunesse à Yvetot en Haute-Normandie puis fait ses études à l’université de Rouen puis à celle de Bordeaux. Elle devient successivement professeure certifiée, puis agrégée de lettre modernes en 1971.

Annie Ernaux fait son entrée en littérature en 1974 avec Les Armoires vides, un roman autobiographique. Elle obtient en 1984 le prix Renaudot pour La Place, également autobiographique. Son œuvre littéraire, pour l’essentiel 

Quatrième de couverture

J’avais quitté W. Quelques mois après, il m’a annoncé qu’il allait vivre avec une autre femme, dont il a refusé de me dire le nom. À partir de ce moment, je suis tombée dans la jalousie. L’image et l’existence de l’autre femme n’ont cessé de m’obséder, comme si elle était entrée en moi. C’est cette occupation que je décris.

Mon avis

Il n’a pas voulu me dire son nom ni son prénom. Ce nom absent était un trou, un vide, autour duquel je tournais.

Elle s’ennuyait. Elle le quitte 

Une autre femme existe. Il l’obsède et elle l’obsède 

Jalousie dévorante, possession et obsession. La souffrance envahit l’âme.

Rongée de ne pas et ne rien savoir. Elle va chercher qui est cette femme.

Cette femme emplissait ma tête, ma poitrine et mon ventre, elle m’accompagnait partout, me dictait mes émotions.

Le titre est bien choisi et prend tout son sens. Un court récit fort et puissant qui se lit d’une traite, elle relate ce qu’elle vit et ce qu’elle ressent.

J’ai tout attendu du plaisir sexuel, en plus de lui-même. L’amour, la fusion, l’infini, le désir d’écrire. Ce qu’il me semble avoir obtenu de mieux jusqu’ici, c’est la lucidité, une espèce de vision subitement simple et désentimentalisée du monde.

À travers ses mots et son écriture, Annie Ernaux explore sa jalousie étouffante et les sentiments sont parfaitement bien analysés.

J’ai toujours voulu écrire comme si je devais être absente à la parution du texte. Écrire comme si je devais mourir, qu’il n’y ait plus de juges. Bien que ce soit une illusion, peut-être, croire que la vérité ne puisse advenir qu’en fonction de la mort.

Quant à la plume, elle est fine, incisive et magnifique. L’écriture guérit ses souffrances. C’est une lecture agréable et sympathique que je recommande avec plaisir.

  • Parution chez Folio
  • 96 pages
  • Ma note 15/20

2 réflexions au sujet de “L’OCCUPATION D’ANNIE ERNAUX”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s